Le Revalue Business Canvas

 

Le Revalue Business Canvas a été développé pour des entrepreneurs ou des groupes de projets en phase de réflexion lors du montage d’une start-up ou d’une activité diversifiée, autour de la réévaluation des résidus organiques ou minéraux, et des biens, produits ou composants en fin de vie.

Il est basé sur les principes de l'Économie Bleue et l'Économie Circulaire.

 

Pour en savoir plus, regardez la vidéo, les Questions et
Réponses 
ci-dessous, et les 'onglets' à droite.

Récemment publié dans le guide du European fisheries areas network (FARNET) sur la mise en œuvre de l'économie circulaire dans les communautés de pêcheurs.

Sélectionnez HD 720p dans la barre d'options pour voir la vidéo en haute résolution.

Questions et Réponses

 

Q: Par où dois-je commencer ?

R: Cela dépend... si vous êtes déjà passé par le processus de décision sur que sera votre activité, vous avez peut-être besoin de commencer par une formation ou un coaching spécifique pour vous aider à vous mettre à jour dans les technologies et les processus spécifiques et nécessaires pour ce type d’activité. Après cette formation, ou si vous connaissez déjà les technologies, vous pouvez littéralement commencer par la base - à partir des éléments relatifs à l’infrastructure localisés en bas et à gauche du canvas, et poursuivre sur la partie récupération des matériaux en haut à droite du canvas. Lors de la première esquisse, cela génèrera probablement plus de questions que de réponses, de sorte que chaque case du canvas nécessitera un certain temps pour rechercher et apporter les informations et les options potentielles. Pour enrichir efficacement ce canvas lors d’une séance collaborative d’une journée par exemple, il est fortement recommandé d’effectuer un travail de recherche préalable, et d’intégrer des expertises spécifiques au sein du groupe de travail... Après avoir compris le contexte et les clés d’entrées possibles, ébauché la structure de l’activité, une approche sur les ressources humaines, l'équipement et les processus de production peut être considérée. Tous ces éléments évolueront au fil du temps et de l'expérience, c’est pourquoi le canvas s’enrichira et évoluera aussi. Le premier grand défi est d'identifier le minimum viable : le produit, le site de production, l’équipe, les collaborateurs & clients, et le budget.

Un autre point d’entrée du canvas pourrait être de visualiser d'abord les vidéos pour bien comprendre l'Économie Linéaire, puis sur la Revalorisation de l'économie, de sorte qu'une image mentale se forme sur le fonctionnement de ces systèmes, de la terminologie et leurs relations. Le Revalue Business Canvas est utilisé dans le cadre de la Méthode Systémique - un outil de gestion de projet - et peut être utilisé tout au long des principales phases de modélisation ('Mapping') - et même dans les phases d'Évaluation.

 

Q: Pourquoi ne pas utiliser le Business Model Canvas, ou le Lean Business Canvas par exemple - avons-nous besoin d'un autre Canvas ?

R: Les deux canvas que vous avez mentionnées sont d'excellents outils pour approcher le "Pourquoi" et le "Quoi" de l'entreprise. Cependant, particulièrement pour les entreprises impliquant certains types de production, la partie technique du "Comment" doit aussi être examinée plus en détail. Le Revalue Business Canvas est donc complémentaire. Il y a quelques petits chevauchements pour la partie traitant des clients, mais il permet surtout d’approfondir la réflexion pour aider à esquisser la chaîne d'approvisionnement potentielle ; la chaîne de revalorisation (capture des ressources gaspillées) ; les technologies et processus de production spécifiques ; et la structure de l'entreprise par exemple.

 

Q: Je comprends que le canvas aide à montrer le " flux ", mais de quels types de flux parlez-vous ?

R: Il y a sept flux principaux à travers la chaîne de valeur, qui circulent également dans l'économie en général :

Le Capital Financier, l’Information & Expertise, la Technologie, la Main-d’Œuvre, les Matériaux/Composants/Produits & Énergie, la Pollution & Contamination, l’Influence & Pouvoir

Le capital financier est relatif au flux d'argent, au crédit, aux dettes, aux loyers, au paiement des services, etc. dans la chaîne de valeur. Potentiellement, chaque case du canvas peut être une activité à valeur ajoutée, et ainsi de l'argent peut être gagné à chaque interface de presque toutes les activités.

L’Information & Expertise, est une donnée de base qui manque cruellement dans l'Économie Circulaire et Bleue, et dans toute activité régénératrice ou innovante. Ainsi, même si certains coûts des intrants peuvent être faibles dans la nouvelle activité potentielle, le coût (et le temps associé) de l’Information & Expertise ne doit pas être négligé. Ici, les mouvements open-source internationaux contribuent, dans une certaine mesure, à réduire ce goulot d'étranglement.

La technologie est liée à l'Information & Expertise, car elle peut être liée à des processus de gestion (ou à une recette type) ainsi qu'à un bien physique.

Les Matériaux/Composants/Produits/Énergie de tous types circulent dans le système, et les comprendre au niveau chimique, biologique ou physique à chaque étape est la clé de la gestion des activités de style bleues ou circulaires.

La Pollution & Contamination, met en évidence les "externalités négatives" potentielles qui peuvent passer d'une activité à une activité suivante ou à l'extérieur dans le milieu environnant, ou même venir de l'extérieur.

Enfin, l’Influence & Pouvoir est le seul qui n'est sans doute pas un flux, sauf qu'il a une influence importante sur le flux (débit, quantité, qualité...). C'est donc un autre élément clé à prendre en compte.

 

Q: Il apparait que le canvas a beaucoup de cases, ne pourrait-il pas être plus simple ?

R : Il est indéniable qu’il y a fondamentalement plus d’éléments à considérer dans les activités de style Économie Bleue ou Circulaire qu'une activité linéaire. En particulier, le contexte local de l'entreprise apparait beaucoup plus important, ce qui nécessite d’avoir un champ de vision plus large.

 

Q: Avons-nous vraiment besoin d'aller aussi loin dans l’approche - comme explorer les éléments d'infrastructure par exemple ?

R: Les activités d'Économie Bleue et Circulaire sont construites autour d'une utilisation plus efficace des matières premières et de l'énergie, à l'intérieur de l'entreprise et à l'extérieur de la chaîne logistique. Cela, de par sa nature même, exige souvent de se concentrer davantage sur le lieu - la localité, les contacts locaux, les ressources locales, les clients locaux. Par exemple, les coûts de transport constitueront toujours un obstacle critique à la logistique inverse dans la chaîne d'approvisionnement et lors de la livraison au client final, surtout pour les petites entreprises. Ainsi, l'offre en ressources usagées et le marché final peuvent devoir être locaux, voire hyper-locaux, à une distance à vélo par exemple. Ce choix hyper-local de ressources usagées peut réduire les options, et exigera donc un plus grand niveau de confiance et de communication, impliquant une plus grande diversité de collaborateurs locaux, et potentiellement de clients, qu'avec une activité linéaire traditionnelle. Essayer de gérer le flux (débit, quantité, qualité...) de ressources usagées comme un apport à la chaîne logistique, n'est pas comme acheter par exemple des matières vierges sur le marché des marchandises. Dans la plupart des cas, les fournisseurs ne sont pas des fournisseurs en tant que corps de métier. Il s'agit du grand public ou d'autres secteurs d’activités, et ils ne se focalisent donc pas sur les questions de flux comme le font les entreprises d'Économie Bleue et Circulaire.

 

Q: Y a-t-il d'autres outils intéressants à consulter ?

R: Oui, Wiithaa fait un excellent travail avec son Circulab Board et sa feuille de route. Il y a aussi un très bon outil développé par le Scottish Institute for Remanufacture (SIR) en collaboration avec HSSMI, appelé "The Remanufacturing Competency Checklist". Ce deuxième outil pourrait potentiellement être utilisé directement avec (et en même temps que) le Revalue Business Canvas, lors du développement des activités d'ingénierie inverse (c.-à-d. l'entretien, la remise à neuf, la remise en état, la reconstruction). Un troisième outil traite également du développement d’activités circulaires : le Sustainn, appelé le Circularity Canvas. Consultez la colonne de droite pour avoir une liste plus exhaustive d'outils, sous " Autres outils ".

Infrastructure Naturelle

Principaux Facteurs à Considérer:

Climat

Géographie

Eau (Sources Naturelles)

Flore et Fauna

Définition:

Nature, Capital Naturel, Environnement, Systèms Biogéochimiques, Service écosytémique, Terre, Gaia, Pachamama, Lieu…

Objectif:

L’objectif est d’examiner les facteurs naturels uniques existants au sein d’un site et de travailler avec ces particularités (travailler avec la nature), de développer un système de production qui capte le potentiel maximum du site (gravité, énergie solaire, vent, eau, lumière…), et qui aidera potentiellement le site à améliorer sa qualité (passer à l’abondance), au lieu de réduire sa qualité (passer à la pénurie).

Infrastructures Lourdes

Principaux Facteurs à Considérer:

Transportation

Communications

Surveillance

Énergie

Eau Douce er Eaux Usées

Déchets Solides

Bâtiments

Clôtures et Limites

Définition:

L’infrastructure lourdes est le moyen physique par lequel les “choses” – les personnes, les biens, l’information, l’énergie, l’eau, les déchets… – circulent dans l’économie.

Objectif:

L’objectif est d’examiner l’infrastructure lourdes unique existante sur le site, et autour du site. Cela aidera à comprendre les distances et les coûts du déplacement des éléments sur le site et hors du site, tels que les marchandises jusqu’au marché, l’approvisionnement en matériaux, les options de transport pour les travailleurs, la gestion des “ressources gaspillées”, c’est à dire, les eaux usées et les matériaux de production secondaire.

Infrastructures Légères

Principaux Facteurs à Considérer:

Il s’agit d’un grand groupe d’infrastructures et il a donc été divisé en trois sous-groupes principaux.

Société Civique:

Écologie des populations (Comment et où les gens vivent-ils et travaillent-ils dans la région ?)
Espace et distance (Ces principales zones de vie et de travail peuvent-elles être mappées en zones utiles ?)
Histoire du lieu (Existe-t-il une histoire commune – des modèles – qui relie l’infrastructure naturelle, l’infrastructure lourdes et l’infrastructure légères?)
Culture & Langue (qu’est-ce qui rend ce lieu unique dans sa langue, ses symboles, ses cultures, ses métaphores… ?)
Identité (lien ci-dessus)
Engagement civique (Compréhension des activités sociales et de la façon dont les gens participent)

Économie:

Infrastructure sociale
Politique économique
Infrastructure de fabrication
Infrastructures agricoles
Institutions financières
Législations
Impôts et taxes
Les normes

Éducation/Connaissances:

Centres culturels
Système d’éducation
Réseaux de connaissances
Laboratoires de R&D
Groupes de réflexion
Technologies et artisanat

Groupes d’Action:

Groupes d’intérêt
Clusters
Partenaires clés

Définition:

Les infrastructures ” douces ” se distinguent des infrastructures ” dures ” non pas par des structures physiques – les infrastructures douces en sont souvent dotées (c’est à dire, les hôpitaux, les écoles et les immeubles gouvernementaux), mais par les institutions et les règles qui régissent et développent l’économie sociale et reproductive.

Objectif:

L’objectif est de comprendre et de travailler avec le caractère unique des lieux en termes de systèmes sociaux.

Formes de Propriété et Organisation

Mode de Propriété:

Public, Privé, Actionnaires, ONG, Joint-Venture, Association, Fondation, Trust, Coopérative, B-Corp…

Forme Organisationnelle:

Hiérarchique, Plat, Matrice…..

Planification:

Processus, Stratégie, Design.

Définition:

Le Formulaire de Propriété définit la relation juridique et sociale sous-jacente que l’entreprise entretient avec ses membres, ses collaborateurs et le reste de la société. Le Formulaire Organisationnel définit comment le pouvoir et les décisions sont pris et distribués. Et la Planification décrit comment le temps et le capital sont mis à contribution. Toutes peuvent être des combinaisons diverses de ce qui précède et plus encore.

Objectif:

Commencer à imaginer la structure de l’entreprise et son fonctionnement.

Facteurs de Production

Principaux Facteurs à Considérer:

Entrepreneurs ou Management (peut être très différent)

Biens d’Équipement (moyens de production)

Main-d’œuvre Spécialisée

Superficie des Terres

Définition:

Décrit les principaux intrants minimums requis et organisés pour produire des biens. Ils ne sont pas consommés ou physiquement incorporés dans le bien final.

Objectif:

Commencer à imaginer l’équipe minimale viable, la structure physique et les technologies requises pour produire le produit ou le service.

Biens Intermédiares

Principaux Facteurs à Considérer:

Energie (Combustible, Electricité, Chaleur, Lumière, Isolation…)

Matériaux Transformés (Plastiques, Textiles, Métaux…)

Composants

Définition:

Décrit les produits partiellement finis et les matières premières transformées, qui deviennent des intrants dans le processus de production d’une autre entreprise ; production d’autres biens intermédiaires ou biens finaux. Ils sont utilisés ou intégrés dans le processus de production suivant.

Objectif:

Pour commencer à comprendre quelle forme (qualité), et quelle quantité (quantité), et d’où?

Matières Premières

Principaux Facteurs à Considérer:

Biotique (Toute matière produite par l’agriculture, la pêche, la foresterie et la fourragement)

Abiotique (Toute matière extraite par l’exploitation minière)

Eau

Air

Définition:

Il s’agit de matériaux qui ont été produits, extraits ou collectés, sans (ou très peu) de transformation. Ces matériaux sont consommés et incorporés dans le produit final.

Objectif:

Pour commencer à comprendre quelle forme (qualité), et quelle quantité (quantité), et quand et d’où ? Cela comprend toutes les matières premières provenant de sources traditionnelles qui sont nécessaires dans le processus de production.

Inventaire et Cannibalisation

Principaux Facteurs à Considérer:

Espace, Manutention, Emballage, Empilage, Empilage, Gestion des données
Calendrier (stock/rotations), Évolution de la Valeur
Offre et Demande
Revendre, Réutiliser

Définition:

Décrit le lieu physique et le processus de stockage des marchandises/matériaux/composants avant et/ou après modification. La cannibalisation est la collecte de composants en vue de leur réutilisation future ou de leur revente.

Objectif:

Commencer à réfléchir aux lieux et aux processus de stockage des matières premières et des matériaux récupérés, en tenant compte du moment, de la qualité, de la quantité, de la taille, du poids et de la conservation, par exemple. L’inventaire peut également être l’endroit où les produits finis sont stockés avant d’être livrés au consommateur final par exemple.

Préparation des Matériaux et des Produits

Principaux Facteurs à Considérer:

Inspecter/Tester
Démantèlement/Rupture
Nettoyage/Lavage

Méthodes Potentielles:

Manuel, Mécanique, Thermique, Chimique, Chimique, Biologique, Combiné

Définition:

Décrit tous les processus et l’espace requis pour la préparation des marchandises/composants/matériaux avant le processus de fabrication principal.

Objectif:

Commencer par détailler le processus principal, la conception de l’espace, les outils et les technologies nécessaires au prétraitement des matières premières et des matériaux recapturés avant la production. Ce processus peut impliquer le stockage des composants et des articles préparés dans l’inventaire pour une utilisation ultérieure dans la production.

Production de Matériaux et de Biens

Principaux Facteurs à Considérer:

Échelle
Processus/Technologie
Manœuvres, Confinement et conception de l’espace
Conditions Environnementales (pression, humidité, température, atmosphère, agitation, etc.)
Calendrier et Débits
Contrôle de la Qualité

Définition:

Décrit le principal processus de production au sein de l’activité commerciale.

Objectif:

Commencer à définir les principaux processus de production (recette) et la technologie.

Production et Services à Valeur Ajoutée

Principaux Facteurs à Considérer:

Production de biens finals de plus grande valeur (personnaliser ou, s’il s’agit d’un bien intermédiaire, produire des biens finals)
Services (Location, Contrat de service…)
Service Après-Vente

Stratégie: Structure des flux de trésorerie, modèle(s) opérationnel(s), stratégie de re-marketing

Définition:

Décrit les activités supplémentaires à ” valeur ajoutée “, verticalement intégrées, qui peuvent être développées à l’aide du bien produit par le processus de production. Ici, une entreprise a la possibilité de produire une gamme diversifiée de biens ou de services supplémentaires pour augmenter ses revenus.

Objectif:

Commencer à considérer les caractéristiques de valeur ajoutée des sous-produits, ou les possibilités de personnalisation, qui peuvent être développées autour du produit principal.

Canaux

Principaux Facteurs à Considérer:

Communications
Gestion des commandes & Emballage, Livraison, Lieu de vente directe (site web, boutique, stand…)
Développement du réseau de distribution, gestion des événements et des promotions

Définition:

Décrit les différentes formes d’activités de marketing et de vente nécessaires pour apporter le produit au client.

Objectif:

Commencer à comprendre la façon dont le produit sera vendu – où, quand, comment et avec qui, par exemple.

Clients ou Fournisseurs de Résidues

Principaux Facteurs à Considérer:

Consommateurs ou Utilisateurs (achat ou location…)
Consommation Collaborative, Clients, Partenaires (clients engagés et participant à la production du produit)

Relations avec la Clientèle:

Communautés, Co-Création, Libre-Service, Services automatisés, Assistance Personnelle….

Segments Clients:

Marque, Prix, Performance, Design, Confort, Accessibilité, Personnalisation….

Définition:

Décrit le type de client(s) et/ou le type de fournisseur de ressources en déchets auquel l’entreprise se concentre et définit comment ils interagiront avec eux.

Objectif:

Commencer à définir qui sont les clients finaux et les fournisseurs des matériaux récupérés.

Résidus/Biens Usagés/Matériaux d'Usage

Principaux Facteurs à Considérer:

Type, Disponibilité, Emplacement
Quantité, Qualité, Délais (flux)
Taille, Poids, Forme, Durabilité
Nomenclature Composant/Article/Chimie (‘Bill-of-Materials’ – BOM)
Exigences et Normes de Manutention
Prix

Forme de Recyclage:

Recyclage Fonctionnel (like-for-like recycling)
Décyclage (Downcycling)
Surcyclage (Upcycling)

Définition:

Décrit la mesure et la quantification des ressources gaspillées qui sont disponibles.

Objectif:

Pour commencer à cartographier l’emplacement, le type, la qualité, la quantité, le moment et le coût, par exemple, des principaux intrants récupérés pour l’entreprise.

Récupération

Principaux Facteurs à Considérer:

Groupes de Gestion des Déchets: Différents acteurs, présélection/tri, prétraitements

Logistique Inverse: Distances, véhicules, Emballage, Manutention

État: Usagé ou Déchets

État Juridique du Bien/Matériel/Composant: Cadeaux ou Déchets

Définition:

Décrit les processus impliqués dans l’établissement de liens sociaux avec ceux qui ont la “ressource gaspillée” dont on s’approvisionne ; décrit également la logistique et les installations de stockage potentielles requises, ainsi que les aspects juridiques de la manutention des marchandises/composants/matériaux dans ce secteur après-marché.

Objectif:

Commencer à définir le contexte dans lequel s’inscrivent les intrants récupérés, ce qui aura une incidence sur les principaux facteurs examinés dans la section précédente.

Les dessous du Canvas

Ce qui apparaît en premier lieu pour une entreprise traditionnelle qui commence à appliquer les principes de l'Économie Bleue ou Circulaire, c'est la nécessité d’avoir non seulement une vue d'ensemble de l'entreprise, mais aussi une vue plus large du contexte dans lequel elle évolue. Avec la spécialisation et la sectorisation des activités au sein de la plupart des entreprises, ce point de vue n'est pas toujours facile à mettre en perspective. L'une des forces intéressantes du Business Model Canvas de A. Osterwalder a été sa capacité à montrer à une entreprise de manière simple, ce qu'elle fait aujourd'hui en tant que groupe collectif, mais sans parler de ce qu'elle envisage de faire à l'avenir.... Cependant, la vision plus large et plus holistique d'une entreprise est complexe, car il y a plus à considérer, et elle exige beaucoup plus de généralisation que de spécialisation - au moins dans la vision, sinon dans la pratique.

Le Revalue Business Canvas est libre d'utilisation sous licence creative-commons (CC) ; donc merci de l'utiliser, de mentionner la source et de donner votre avis (il est encore en version en Beta). Ces outils s'améliorent progressivement grâce aux retours des utilisateurs - l'apprentissage est aussi une autre forme de boucle (conception, réalisation, évaluation)....

Téléchargez la dernière version du Revalue Business Canvas.

Autres outils

Voici une liste d'autres outils, dans le cadre du thème de la circularité (ou du moins d'une façon plus systémique), qui ont été élaborés par d'autres groupes et qui peuvent compléter le Canvas, ou aborder les questions ou des parties des questions d'une toute autre manière.

Agency of Design: Designing with Energy

Arup Foresight: Foresight by Design

Circle Economy: 3 Essential Steps to Financing Circular Business Models

Ellen MacArthur Foundation: A Toolkit for Policy Makers, A New Dynamic (p56)

EPSRC Centre for Industrial SustainabilityTools

ERN: ERN's digital toolkit

Forum For the Future: The Circular Economy Business Model Toolkit, Design for Demand

G.SCOP: Repro2

HSSMI and SIR: The Remanufacturing Competency Checklist

IDEO & Ellen MacArthur Foundation: The Circular Design Guide

Jamie Evans (University of Cambridge): Circular Economy Toolkit

Nesta (and others): DIY Development Impact & You

Okala: The Ecodesign Strategy Wheel

ResCoM: Platform and Tools

Sustainn: Circularity Canvas

We all design: Design Process (p6)

WithaaCirculab

Zero Waste Canada:  Circular Economy Business Toolkit

Non-Linear - Loops, Circles or Cascades

One key strategy within the Blue Economy and Circular Economy is the use of one or multiple outputs of one activity as the input(s) for another. The output and input can be used within the same company, or be transferred between two (or more) companies. This changes the predominant linear 'extraction - transformation - use - disposal' process of industry and consumption, to a more circular, or multiple loop process.

On the one hand, this can slow down resource use and eliminate some wastes (and the related environmental, social, and economic costs), and on the other hand, it can create a cheap, free, or paid-to-take, input (a company might pay someone else to take the wasted resource(s) off their hands i.e., in the case of tipping fees); This creates the potential for a company to be competitive in the market by lowering significantly some of their input costs. These cycled outputs to inputs, can be goods or components which can be reverse-engineered (Maintained, Refurbished, Reconditioned, or Remanufactured), or materials which can be recycled (Functional Recycling, Down-cycling, Upcycling).

Upcycling as an example

The Blue Economy has further developed this low-cost input concept, and also integrated it within a strategy, briefly mentioned above, called 'Upcycling.' Upcycling, is the development of an entirely new income stream, or even an entirely new business or cluster of businesses, built around the lost potential embedded in the waste or secondary outputs from an industrial or agricultural activity; effectively 'cycling up' the waste to a new valued product. Here is an example, of wasted resources from a coffee plantation being 'Upcycled,' to produce, firstly mushrooms, and then with the spent mushroom substrate, animal food:

"…only 0.2% of the coffee plant is used. This means that 99.8% of the coffee bush is wasted. This equals a factor of 500. That is the total “potential” value added if things are done with the rest of the coffee plant... Well, it turns out that after coffee waste has been used for growing mushrooms the biomass waste it produces [also] becomes much richer with amino acids. Chickens and pigs love it." 

Pauli, Gunter. (2010) ‘ZEN and the Art of Blue: How to connect the quality of your life to the Blue Planet Earth.’ Convergent Publishing UG (haftungsbechränkt). Berlin, Germany.

Recapture

Having access to a 'wasted' resource doesn't necessarily make it cheaper than buying virgin raw materials - even if it given for free. Many more issues need to be addressed than are currently in the linear, just-in-time, uni-directional value-chains.

What is the location, quality, quantity and timing of this waste resource, for example? With waste as a input, trust, communication, and locality become far more important. Communication and trust, as with quality and timing can vary far more. And locality, as the volumes are usually smaller and multi-source, so the relative cost of logistics can be higher than bulk, large scale node systems used in linear virgin material supply chains.

Five Kingdoms of Life

What is the cost of extracting the material/component of value or cleaning/treating it, to bring it up to the standard of an equivalent virgin material/component? One solution developed and promoted by the Blue Economy has been the use of the 'Five Kingdoms of Life' concept (the taxonomy of life has evolved, and continues to evolve, but the principles are the same), where nature is worked with as the extracting agent, not only doing so at low cost, but also in the process generating another valued output at the same time. As mentioned previously in 'Upcycling,' mushrooms were used to breakdown the waste coffee plantation biomass to produce animal food - and in the process also produced mushrooms...

"This ingenious system reuses everything by cascading from one energy and matter seeking species to another, switching kingdoms at a rate we had never imagined. At each interface of production and consumption the functionality of the matter and its energy changes, but the value improves for the one that considers this a worthy input. Whatever is waste for one species, is a nutrient or energy for another species … belonging to another kingdom. Each time matter cascades, different chemical reactions, different exploitations of pressure, size, temperature and mechanics permit different results, unparalleled in efficiency at that time and place, using whatever resources are at hand.”

Pauli, Gunter. (2010) ‘ZEN and the Art of Blue: How to connect the quality of your life to the Blue Planet Earth.’ Convergent Publishing UG (haftungsbechränkt). Berlin, Germany.

Intermediate Technology for a Human Scale

A regenerative system to extract value can mix biology (five-kingdoms of life), physics (vortex, gravity, energy, machines...), chemistry (water being the primary solvent), and management. For small production entrepreneurs to be price competitive with large-scale production, the technology (capital goods) generally need to be cheap, so that these small companies can enter into a developed market in the first place. This means that the technology for a small-scale producer will not be the same as the large-scale producer. E.F. Schumacher (1973), in 'Small is Beautiful' Published by Blond &Briggs Ltd, gives this type of technology a name: 'Intermediate Technology.' He discusses it in terms of the developing world, but it is also appropriate when looking at small, local companies, that use low-cost technologies, to be price competitive with large-scale, high-tech systems, which need to be...

"...fairly simple and therefore understandable, suitable for maintenance and repair on the spot. Simple equipment is normally far less dependent on raw materials of great purity or exact specifications and much more adaptable to market fluctuations than highly sophisticated equipment. Men are more easily trained; supervision, control, and organisation are simpler; and there is far less vulnerability to unforeseen difficulties."

Blue economy solutions that work with the five-kingdoms of life, use biology at the centre of the process, but they also often need some physical, chemical, management elements to be part of the system; and it is the physical and chemical that can be the most costly part of the whole solution; and so it is important that the biological solution is combined with a affordable physical and/or chemical solutions.

John Kenneth Galbraith, discusses the point from the perspective of the physical capital goods:

"The small competitive firm cannot afford the outlays that innovation demands. An economic system consisting of such firms would require, rather, that we reject the technology which, since earliest consciousness, we have been taught to applaud. It would require that we have simple products made with simple equipment from readily available materials by unspecialised labour. Then the period of production would be short; the market would reliably provide the labor, equipment and materials required for production..."

Galbraith, John, Kenneth. (1985 Edition) ‘The New Industrial State.’ Princeton University Press, 41 William Street, Princeton, New Jersey 08540

Some high-tech physical technologies do 'trickle down' to affordability (GPS from the US Navy, now available to the public for instance), making some technologies accessible and relatively low-cost; removing barriers of entry for some types of businesses; and the potential of 3D printing will continue to change production scale dynamics.

And so, the innovation of blue- circular- economy production companies is often in the development and management of this mix of relatively low technologies, to produce a similar or higher quality product, at a similar or even lower price; that also potentially have a lower ecological footprint, and create more jobs/per unit of output.

Remanufacturing as an example

Companies wanting to develop reverse engineering activities, such as 'Remanufacturing,' have the same principle issues as any of the other revalue activities. Timing of 'waste' goods/components being one, quantity and quality variations being another important factor, and thus being dynamic enough to be able to deal with this flux through the entire organisation. Within the re-working process (which would be within the box labeled 'Materials/Goods Production'), the technical skills of the workers will often need to be of a higher skill than those of the original production; due to the quality variabilities, fault finding and repairing requires greater skills than assembly, and they may be re-working more than one product and/or brand; closer in-fact to the skills of maintenance workers, hence why After-Sales-Services have a strong potential to diversify their businesses into Revalue activities like remanufacturing or renovation.

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.